Mutuelle pour médecine douce

Publié le 13 mars 2020 dans Mutuelle complémentaire Santé

Cet article est noté
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Les Français se tournent de plus en plus vers la médecine douce. Plus de 10% de la population consulte au moins 10 fois par an un professionnel de ce domaine. Malgré la popularité croissante de cette forme alternative de médecine, notamment auprès des femmes, les pratiques restent encore peu reconnues par la Sécurité sociale. Il faut donc se tourner vers une complémentaire santé intégrant des remboursements de soins de médecine douce.

Qu’est ce que la médecine douce ?

La médecine douce consiste à faire appel à des méthodes de soins plutôt naturelles et moins agressives que la médecine moderne. Connue également sous les appellations “médecine alternative”, “médecine non conventionnelle” et “médecine parallèle”, la médecine douce rassemble en son sein les méthodes de traitement traditionnelles et médicinales ayant pris naissance des décennies, voire des centaines d’années plus tôt.

La médecine douce n’utilise aucun recours aux produits chimiques, elle a pour but d’encourager le bien-être et la prévention de maladies à travers des techniques naturelles telles que les huiles essentielles, les plantes, les massages etc.

Les médecines douces sont donc une alternative aux soins normalement admis. Elles incluent la naturopathie, l’homéopathie, l’acupuncture, la luminothérapie, la sophrologie, l’hypnose, la réflexologie, l’étiopathie, la médecine chinoise et les massages orientaux, entre autres. Ces médecines parallèles ne sont pas reconnues par le corps médical car leurs résultats ne sont pas suffisamment visibles pour être validés par la communauté scientifique médicale. De ce fait, elles ne sont que rarement prises en charge par la Sécurité sociale.

Zoom sur quelques types de médecine douce

  • L’homéopathie : c’est une thérapie qui utilise de très petites doses de substances actives qui vont reproduire les mêmes symptômes des maladies à être soignées, de manière à pousser le patient à développer son système immunitaire. Les substances actives sont d’origine végétale, animale ou minérale.
  • L’ostéopathie : Elle consiste à rééquilibrer les structures viscérales et ostéo-articulaires en utilisant les mains.
  • L’acupuncture : cette thérapie vient de la médecine traditionnelle chinoise et existe depuis des centaines d’années. Elle consiste à utiliser des aiguilles piquées dans divers endroits extrêmement précis du corps humain pour provoquer la guérison. L’acupuncture est utilisée pour le traitement de divers maux.
  • L’oligothérapie : elle utilise les oligo-éléments présents dans le corps (manganèse, iode, chrome etc) comme catalyseurs de guérison.
  • La microkinésithérapie : cette thérapie va utiliser la palpation manuelle pour partir à la recherche des traces qu’auraient laissées des traumatismes dans les tissus organiques.
  • L’hypnothérapie : cette thérapie va utiliser l’hypnose pour soigner le stress, les insomnies, les angoisses, par exemples.
  • La chiropractie : c’est une technique de soins qui consiste à guérir les douleurs en faisant des ajustements à la colonne vertébrale et aux articulations.
  • Les massages : plusieurs techniques existent et utilisent principalement les mains (tout comme d’autres parties du corps telles que les pieds ou les coudes) pour appliquer des points de pression sur les muscles. Le but de la thérapie et de détendre ou stimuler les muscles.

Le remboursement par la Sécurité sociale

La Sécurité sociale ne rembourse pas encore les soins de médecine douce sauf dans des cas exceptionnels, que sont les traitements homéopathiques et les traitements par l’hypnose. Dans ces très rares cas, le remboursement proposé l’est uniquement pour les consultations chez des professionnels conventionnés et se fait à hauteur de 70% du tarif de base de la Sécurité sociale.

Il est à noter que pour les traitements par acupuncture, ceux-ci sont remboursés à hauteur de 70% par l’Assurance maladie si les consultations sont faites par un médecin généraliste ayant suivi et validé une formation universitaire reconnue par l’État. Pour tirer partie d’une couverture optimale, il faut souscrire à une mutuelle qui rembourse les soins de médecine douce.

Le remboursement par la mutuelle santé

Les organismes de mutuelle santé reconnaissent aujourd’hui la popularité grandissante de la médecine alternative, et s’aperçoivent que de plus en plus de personnes cherchent une couverture santé qui rembourse de manière satisfaisante les soins de médecine douce. Ainsi, ces organismes proposent dorénavant un remboursement minimum.

Ceci dit, toutes les mutuelles ne remboursent pas ce type de soins de la même façon. Il convient de consulter différents devis afin de trouver le meilleur remboursement. Les mutuelles santé ont différentes politiques de remboursement, car elles choisissent les spécialités de médecine alternative qu’elles vont couvrir. Par exemples, certaines mutuelles ne rembourseront que l’acupuncture, d’autres ne couvriront que l’ostéopathie, et ainsi de suite.

De plus, au-delà des types de soins de médecine alternative remboursés, les organismes de mutuelle proposent différents modes de remboursement.

Par exemple, une mutuelle pour médecine douce peut vous proposer un remboursement pour les soins de sophrologie de 30 euros pour chaque séance chez un professionnel avec un maximum de 4 consultations par an, alors qu’une autre mutuelle pour médecine douce peut offrir un forfait général de 160 euros par an. Il revient à l’assuré de considérer l’offre qui se rapproche le plus de ses besoins en matière de médecine douce.

Choisir sa mutuelle santé médecine douce

Il est bon de considérer les points ci-dessous avant d’initier des devis, procéder à une comparaison, choisir votre mutuelle et signer votre contrat.

Tout d’abord, il vous faut commencer par faire un bilan de vos besoins en médecine douce. Y a-t-il des soins que vous envisagez en particulier ? À quel rythme allez-vous avoir recours à ces soins chaque année et quel prix êtes-vous prêt à payer ? Lorsque vous aurez posé un chiffre à ces besoins, vous pourrez faire le tour des mutuelles qui proposent des forfaits de médecine douce.

Si vous possédez déjà une mutuelle santé médecine douce, vous pouvez calculer la différence entre ce que vous coûte votre mutuelle dans le présent et ce que pourrait vous coûter une nouvelle complémentaire santé, à condition que les deux propositions incluent des garanties égales.

Pensez à vérifier également les spécialistes pris en charge par la mutuelle. Si besoin est, demandez la liste exhaustive à votre mutuelle. Il ne faudrait pas que vous souscriviez à une assurance santé médecine douce pour ne réaliser que trop tard que vos consultations ne sont pas couvertes par les remboursements par rapport au forfait que vous auriez souscrit.